Pourquoi au Brésil un homme ne doit jamais réagir contre une femme

Encore une fois cela fait un moment que je n’ai pas écrit ici même si j’avais matière, toujours pas faute de temps mais aussi car je passe plus de temps sur Facebook 😛
J’ai récemment rencontré quelqu’un qui m’a dis avoir lu mon blog avant de venir s’installer à Brasília et qu’il l’avait trouvé utile, ça fait toujours plaisir et ça renforce la motivation même si ce n’est pas le but premier de ce blog.

Bref en intro je vais juste placer le contexte, divorcé depuis de nombreux mois maintenant j’éprouve beaucoup de difficulté à entretenir une relation sereine avec la mère de mes enfants pour plusieurs raisons mais je ne vais pas rentrer dans les détails ici.
Ceux qui me connaissent ne vont rien apprendre, pour les autres il faut savoir que je suis de nature calme et patiente mais que comme tout le monde j’ai mes limites
Mes limites justement sont souvent liées à l’injustice, j’ai toujours milité pour chaque être humain, je dirais même chaque être vivant, soit traité avec respect et de la même façon en toutes situations, quelque soit son origine, sa religion, ou son sexe. La parité homme/femme est peut-être un des sujet pour lequel je me suis le plus impliqué au cours des ces dernières années et le coté macho chez moi est totalement inexistant, on pourrait même me qualifier de féministe, ce qui peut poser problème dans un pays comme le Brésil, mais je vais y revenir.
A noter que je milite aussi pour les droits des hommes, des pères notamment, car des 2 cotés peuvent intervenir des dérives même si malheureusement il y beaucoup plus d’injustices coté femme, la différence est moins flagrante dans les pays de l’hémisphère nord et plus on remonte moins elle est grande, je pense aux pays scandinaves par exemple, mais ce n’est pas le sujet.

En l’occurrence le sujet ici est le droit des femmes, et des hommes, au Brésil et notamment les lois encadrant cela.
Je ne vais pas m’appesantir sur les lois concernant le hommes car créées par des hommes elles sont naturellement favorables à la gente masculine en général, et ce quelque soit le pays d’ailleurs. D’où la nécessité de créer des lois pour les femmes, je veux dire pour protéger ou garantir les droits des femmes.
Et le Brésil, qui reconnu de tous y compris de ses habitants comme un pays encore très macho en a grand besoin, car ici les femmes sont plus souvent traités comme des objets, plus souvent agressées et surtout le taux d’homicides conjugaux envers les femmes est inconcevable (ici un article de la Globo sur le sujet)
Cela a donc donné lieu, à juste titre, à des mesures spécifiques pour les protéger par exemple des bus de prévention ou d’intervention, ou des postes d’accueil spécifiques mais surtout une loi sortie en 2006 (oui il y a moins de 10 ans) qui s’appelle Lei Maria da Penha et qui renforce les mesures prises contre les hommes afin de protéger les femmes.
Enfin voici donc l’objet de ce billet

Voici d’bord un extrait traduit par mes soins pour expliquer un peu:

La loi modifie le Code pénal, comme l’introduction du paragraphe 9 de l’art. 129, permettant que les auteurs d’agressions domestiques ou dans l’environnement familial sont pris en flagrant délit ou soit placés en détention préventive. Ces agresseurs ne pourront plus être punis de peines alternatives. La loi augmente la durée maximale de détention de un à trois ans; la loi prévoit également des mesures allant de l’éviction du domicile pour l’agresseur à l’interdiction d’approcher la femme victime de violence.

En allant déposer un B.O (main courante) au poste de police aujourd’hui un policier m’a parlé de cette loi, jusqu’ici personne ne l’avait fait, et de faire bien attention à tout ce que je pourrais faire ou dire lorsque cela se gâte avec la mère de mes enfants. Elle par contre est très au courant de cette loi car sans y faire référence elle m’a déjà fait comprendre qu’elle pourrait me mettre en prison en claquant des doigts lorsque que je faisait pas les choses comme elle le voulait, je ne l’ai jamais prise au vraiment au sérieux car je n’ai jamais été violent ni verbalement ni physiquement loin de là. Mon principale problème est que j’ai une voix bien grave et lorsque je m’explique j’ai tendance à parler fort, même si j’y travaille, ce qui peux être perçu comme une agression mais jamais une insulter ou une geste d’agression physique ne fera son apparition, de mon coté en tout cas, je préfère encore quitter les lieux.

Donc les femmes lisant ce blog, informez-vous sur vos droits au Brésil car vous avez des recours en cas de problèmes.
Pour les hommes faites très attention à tout ce que vous pourrez-dire et même ce que vous ne direz pas, vous pourriez vous retrouver en prison alors que vous avez rien fait, et que la situation paraissait être de droit légitime en votre faveur, la présomption d’innocence n’ayant pas lieu dans ces cas.
Le but premier étant de protéger la femme plaignante, ce qui là encore une fois et très souvent plus que nécessaire ici.
Mais voilà cette loi, comme souvent, génère des abus, et surtout dans les cas de séparations difficiles, conflictuelles ou dans les cas de jalousie maladive (quelques cas ici 😉 ) de la femme la poussant à réagir de façon disproportionnée.

En gros en tant qu’homme en cas de conflit une femme peut appeler la police et invoquer cette loi, sans avoir besoin de rien prouver, et vous jeter en prison. Par la suite se sera à vous de prouver votre innocence. A l’inverse une femme peut vous insulter ou faire des coups de crasses et même vous agresser physiquement, vous homme, sans témoins vous ne pourrez rien faire, pire si jamais vous arrivez à la convoquer au poste (Delegacia) elle pourra invoquer cette loi et renverser la situation.
Evidemment des enquêtes sont faites et parfois la femme se prend le retour de bâton, mais le Brésil étant un pays procédurier et possédant une grande inertie au niveau juridique il vaut mieux pas tenter.
Donc en cas de conflit le mieux est de garder le silence, car comme le veux la fameuse phrase « tout ce que vous direz pourra et sera utilisé contre vous », le mieux même et de quittez les lieux carrément car même ce que vous ne direz pourra l’être. Par contre si vous n’êtes plus la physiquement et bien elle ne pourra rien faire.
Si ce n’est pas possible, et qu’il faut que vous restiez sur place, aller chercher 1 ou 2 témoins et éviter encore une fois de trop parler.

Je n’ai heureusement pas souffert de chacune de ces situations, ayant pas mal de sang froid et de bon sens, mais il les gens ici ont le sang chaud en général et peuvent vous pousser à réagir malgré vous, à noter que ceci concerne autant les hommes que les femmes.

Messieurs donc vous êtes donc prévenus. Mesdames, utilisez cette lois aussi souvent que nécessaire sans en abuser si possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *