Comment conduit-on au Brésil

Pour faire ce billet j’attendais d’avoir conduis suffisamment et régulièrement donc voilà maintenant plusieurs mois que je conduis tous les jours sur les mêmes trajets donc je penses avoir suffisamment de matière pour un premier jet…

Avant de rentrer dans les détails je vais donner mon avis personnel sur la façon de conduire ici dans le Districto Federal (je n’ai pas expérience ailleurs), bref ici les gens sont pressés et conduisent vite et ils peuvent utiliser tous les moyens (routes, passages, trottoirs…) pour passer devant y compris les chauffeurs de bus, par ailleurs la Police n’est pas en reste sur ce sujet.

Flagrantes non transito

Un exemple de personnes qui prennent des « raccourcis »

Je ne sais pas si c’est tout le temps comme ça mais il faut avouer qu’en ce moment il y a des jours où il n’y a pas le choix, avec les évènements mondiaux qui arrivent (Copa, J.O) beaucoup de routes sont fermés ou en rénovation et il n’y a des fois pas de routes alternatives pour changer de direction, du coup il faut se la faire tout seul et la Police laisse faire car rien n’est prévu pour éviter ça…
Mais en dehors de ces problèmes en temps normal on se fait doubler des 2 cotés régulièrement, la priorité à droite est quasiment inexistante et c’est pareil sur les rond-points, et il est courant de voir une voiture doubler alors qu’elle n’a pas le temps de le faire mais les accotements sont grands alors la voiture en face s’écarte, sans même klaxonner ni ralentir souvent, car elle est habituée.
Il y a des bons et des mauvais conducteurs partout ce n’est pas l’apanage du Brésil mais il faut savoir qu’ici le nombre de personnes conduisant sans permis est élevé un peu comme en France il y a quelques dizaines d’années mais avec un trafic 10x plus dense, l’assurance n’étant pas obligatoire aucun contrôle n’est effectué à ce moment, il y a bien une sorte de taxe payé en même temps que l’IPVA (correspond à notre feu vignette) mais rien de plus et la Police laisse souvent couler.

Même si dans beaucoup de cas cela peut-être qualifié d’incivisme c’est surtout une manière de conduire générale, le code de la route incite les conducteurs à adopter une « conduite défensive » mais une fois dans le trafic tout le monde fait pareil, après quelques semaines moi aussi. Et je sais que les brésiliens on la réputation de ne pas se plaindre (en vérité c’est plus compliqué) mais je suis surpris de ne pas entendre plus souvent de klaxons du fait de ces situations, en fait les gens sont habitués et donc prennent ça tranquillement sans stress et changent de file, accélèrent sans insultes ni animosité, évidement ça arrivent mais ça va être par exemple si on bloque le passage alors qu’il n’y a pas de raison…

Voilà pour la partie opinion personnel, pour mieux comprendre je vais pour montrer certains éléments qui pourront peut-être aider à comprendre, en effet il y a certaines règles de circulation propres au Brésil.

Radar eletronico

Um retorno

Le plus intrigant pour moi a été le « retorno », c’est un moyen mis en place ici pour limiter les croisements et les ponts, bref c’est un demi-tour au milieu de la route sur la voie de gauche. C’est déroutant au début on puis on fini par pester quand y’a pas sur notre route. le principal avantage c’est en cas d’erreur de route on peut vite revenir en arrière, effet il manque souvent un panneau indicateur ou alors il est situé juste sur la bifurcation, donc trop tard.
En fait ici souvent à un croisement il est interdit de tourner à gauche pour limiter les accidents sans doutes, donc il faut prendre le « retorno » revenir et tourner à droite, on prend vite le plis…

Radar eletronico

Radar eletronico

Les radars sont aussi beaucoup présents dans le DF, plus qu’ailleurs apparemment car il y a une sorte de dicton qui circule sur Brasília et les alentours c’est genre « Viens visiter la capitale et gagne une photo souvenir ».
La vitesse maximale autorisée, même sur les BR (les routes inter-états), c’est 80km/h… Alors oui ça c’est sur les axes, que dis-je les endroits ou y’a des radars parce que sinon c’est un peu à celui qui ira le plus vite. De toutes façons ils sont fixes, en hauteur et indiqués, et au cas où vous n’avez pas fait attention surveillez les autres voitures si elles freinent sans raison les unes après les autres au milieu de rien c’est un radar… ou un piéton (j’en parle dans la seconde partie).

Lombada ou "Quebra-mola" pour les intimes

Lombada ou « Quebra-mola » pour les intimes

Une autre particularité des routes brésiliennes se sont les « lombadas » (dos d’ânes) ou « quebra-molas » j’ai compris la deuxième appellation que récemment je vous laisserais deviner faisant la traduction, même on en trouve dans tout les pays je pense c’est ici qu’il doit y avoir la densité la plus forte. En agglomération y’en a régulièrement et pas toujours indiquées (oui le budget panneau est très mince dans le DF), en zone résidentiel c’est pire, genre une tous les 50m, y’en a aussi sur les grands axes mais là ils sont indiqués (90%) et moins présents.
Même si c’est casse-pieds je trouve ça bien aussi on est obligé de ralentir vraiment, donc c’est efficace au final, rien à voir avec nos ralentisseurs français.

Dans le code de la route il est écrit que sauf indication c’est la règle de la priorité à droite mais il est également écrit à coté que la route principale est prioritaire, le problème est de savoir si on est sur une route principale comme elles ne sont pas souvent balisées donc en gros à chaque intersection tu ralenti, voir tu t’arrêtes, le bon coté c’est qu’on conduit moins vite aux intersections.

Même chose sur les rond-points, il n’y a pas de règle unique des fois c’est priorité à gauche et d’autres fois à droite, c’est indiqué généralement dans ces cas mais pas toujours, du coup les gens sont perdu et il n’est pas rare qu’une voiture cède la priorité à une autre alors que la signalisation est en sa faveur, ça va dépendre de la vitesse et du gabarit des 2.

Un des trucs les plus perturbants est quand même le fait qu’il n’y a pas de règles fixes et fermes (une dérive du jeitinho brasileiro sans doute), pour change de direction sur les grands axes par exemple, c’est une fois avec un « retorno » une autre avec un échangeur et les panneaux indicateurs sont souvent plantés où y’a de la place genre à l’endroit même où se sépare la route, du coup on ne sait jamais si on doit se mettre sur la file de gauche ou de droite et du coup on ralenti, toujours…

2 réflexions sur “ Comment conduit-on au Brésil ”

  1. Ping : Brésil, 23/01 – De Salvador à Eunapolis en passant par Ilhéus | Traces de voyages

  2. Ping : Le Brésil en vraiA quoi faudra-il s'habituer en venant vivre à Brasília - Le Brésil en vrai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *