Les élections, qui va gagner la première mi-temps ?

Vous le savez sûrement mais dimanche dernier ont eu lieu les élections au Brésil, c’est pour moi l’occasion de donner mon point de vue sur le déroulement de celles-ci, je ne vais pas commenter les résultats ils sont très bien résumés ici, et puis je laisse ça aux spécialistes.
Par contre je vais raconter comment cela se passe au niveau des gens tous les jours, oui je ne peux pas voter pas ici mais ma vie à été affectée par ses élections malgré tout.

En fait il faut imaginer une coupe du monde de foot où les politiciens seraient des joueurs et vous avez en gros l’ambiance et la ferveur qui sont associés à cet événement.

Dès la fin de la Copa, les drapeaux dans les rues, sur les voitures et partout d’ailleurs ont été remplacés par les têtes des candidats avec une surenchère de nombre et la prise de points stratégiques.
Ici pas de panneaux d’affichages bien ordonnés et réglementés, tout me monde pose les plaques de son candidat comme il veut et où il peut des fois même, ça ressemble à de l’affichage sauvage mais c’est tout bien organisé, en tout cas ça a l’air.

Eleções BonecosEleções panneaux

Ici il s’agit bien de soutenir son candidat et accessoirement le parti qu’il représente, je ne parles pas simplement des candidat à la présidence, car souvent l’enjeu est plus proche comme le gouverneur, le sénateur ou même en bout de chaîne les députés de districts. Les brésiliens votent pour tous le même jour et tous on un numéro, si vous ne retenez pas le parti retenez le numéro.
En gros de ce que j’ai compris les 2 premiers sont le numéro du parti ou du président (ex: 13 pour Dilma ou le PT) ensuite on rajoute un numéro pour le gouverneur, encore un pour le sénateur est le dernier pour les députés de districts ça donne un truc comme ça à la fin 13335.

Ce qui est assez bizarre c’est le nombre de personnes et les moyens déployés, il y a des panneaux, des affiches pour voitures, des drapeaux, pancartes, flyers et même des géants en papier mâché à l’effigie des candidats locaux. Par contre les candidats eux sortent peu ou presque pas
Je ne sais pas exactement comment sont financé en détails les campagnes mais je sais que comme pour les églises évangéliques les différents parties compte sur leur donateurs particuliers pour financer la campagne et ça marche assez bien à priori.

Carros das eleçõesCarros das eleções

J’ai pu constater en regardant de plus près que par exemple des candidats étant inéligibles pouvait faire campagne et même être élu si leur procès, généralement pour détournement d’argent n’aboutissent pas.
Je n’ai pas la TV, heureusement car quand je passais dans les lanchonete c’était l’overdose, mais j’ai pu voir des extraits sur internet des différents débats, et c’est assez intéressant à plusieurs niveaux.

Autre chose aussi, ici pas de problèmes pour afficher dans quel camp on est, et c’est presque comme choisir sont équipe de foot pour le championnat, on peut connaître les choix de beaucoup de gens en regardant leur voiture, maisons, ou même les habits.

Elecoes apoia

La politique fait partie de la rue et on débat en attendant le bus ou dans la file à ma banque, et toujours avec respect il n’y a pas d’affrontements comme je pensais qu’il pourrait y’en avoir en voyant ça. Peut-être quelques bagarres à droite à gauche mais pas pire qu’en France.
Une différence à noter quand même, je n’ai pas noté la présence de parti ressemblant au FN ici, il y a en beaucoup et souvent un peu les mêmes qu’en France mais pas de extrême droite le plus de ressemblance que j’ai pu trouvé est ce candidat mais vu son nom il est homophobe, peut-être raciste mais pas anti-sémite (quoique dans ce pays remplis de paradoxes).

Que dire d’autre, que dimanche soir, comme à la fin d’un match à l’annonce des résultats c’était pétards et musique de célébration

2 réflexions sur “ Les élections, qui va gagner la première mi-temps ? ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *