Une journée ordinaire à Brasília

Voilà un petit moment que je suis ici maintenant et donc une certaine routine commence à s’installer, je dis une certaine car avoir une vraie routine dans ma situation et habitant où j’habite me parait difficile, il y souvent un grain de sable qui vient perturber l’engrenage… Et donc chaque journée est différente malgré tout, déjà depuis le début de l’écriture de cet cet articles pas mal de chose ont changées !
Mais le but de cet article donc est de décrire ma journée type, c’est à dire celle  d’un homme marié et père de 3 enfants vivant dans la banlieue de Gama à environ 35km de Brasília.

Ça commence assez tôt, avant 6h en général car en ce moment le cadet se réveille souvent en premier souvent en même temps que le soleil à 15-30 min près.
Donc je commence par préparer le lait de mes 3 petits qui se réveillent au fur et à mesure et/ou se rendorment, pour les 2 plus petits c’est biberon avec « mingau » (genre de Blédine pour ceux qui connaissent) à base de riz, maïs ou blé et l’aîné prend sa ration de Toddy® (le Nesquick® d’ici)


Exemple de paquet de mingau que j'achète

Mingau

L'incontournable Toddy

Toddy

Ensuite je fais la vaisselle de la veille, à l’eau froide, car ici pas de chauffe-eau même pour la douche mais on s’habitue, on utilise pas trop de liquide vaisselle non plpus mais à la place un savon fait maison ou acheté sur lequel on frotte l’éponge. Entre temps j’ai allumé Discovery Kids ou Disney Channel, merci Sky.
Je prépare ensuite mon petit déjeuner qui se compose d’un « iogurte » à la fraise en général et plus petit que les yaourts français(voir l’article sur la nourriture ici) , avec des « granolas » (sachet de céréales). Je découpe 1 ou 2 pains et les tartinent avec du beurre en pot et, s’il en reste, de un peu de « doce de goiaba » ou du Nutella, je rempli ensuite ma tasse en plastique avec de l’eau du filtre, un petit sachet de thé noire et hop au micro-ondes.


Le fameux doce de goiaba

Doce de goiba

Mes céréales ou Granola pour les intimes

Granola

Le fameux Pão de sal ou Pão françês

Pão françês

Et pas besoin de se prendre la tête de savoir comment s’habiller il fait toujours plus ou moins 25°C et du soleil sauf en saison de pluies à ce moment je prend un parapluie (et des vêtements de rechange), par contre je prends toujours ma veste à cause de la clim dans le bureaux. Donc si tout va bien je passe par la salle de bain 5-10 minutes, change la couche du cadet, fais un câlin à tout le monde, embrasse ma femme et sort de la maison vers 7h.
Je vais ouvrir le portail, sors la voiture et conduis pendant environ 5 km, avec une dizaines de « lombadas » quand même, jusqu’à ma « gare routière », en fait un parking de terre improvisé à côté de la route principale où s’arrêtent les bus qui vont à Brasília, puis j’installe mon « anti-furto » ou « chupa-cabra » pour les intimes (anti-vole) et je sors.
<image gare routière><anti-furto>

Je dois ensuite  traverser la route, 2×4 voies, pour rejoindre mon arrêt de bus de l’autre côté, comme je l’ai déjà dis ici les passages piétons sont rares. Normalement mon bus passe vers 7h10 ou sinon un autre vers 7h30 mais y’a toujours un suspens, voir mon billet sur les transports en commun.
Bref même s’il est à l’heure il faut rester à l’affût car il s’arrête pas si personne demande et à la vitesse ou ils vont les bus on a vite fait de le rater, mais ça aussi on s’habitue.
Une fois dans le bus je valide mon « vale-transporte » si je peux accéder à la machine car il est souvent blindé sinon donc je reste devant debout m’accrochant pour ne pas chavirer à chaque manœuvre du motoriste.
<image route><vale-transporte>

Il va y avoir quelques bouchons mais c’est chaque jour de mieux en mieux à cause des travaux de la BR-040 qui avancent bien, bref après 30-40 min on arrive dans le SIA, je tire sur la corde et je valide mon « vale-transporte » si je n’avais pas pu faire avant, oui car pour descendre il faut absolument aller à l’arrière du bus même si c’est complètement bouché et qu’il y a une porte central.
Ensuite 10-15 min de marche à travers les trechos du SIA, attention aux voitures car toujours pas de passage piétons, je regarde au « quiosque » du coin s’il y a des parts de gâteau à la carotte ou de manioc et je prends un chemin de terre sur un lote qui curieusement est vide. Tant mieux ça fait un raccourci, je traverse le chemin de fer (en fait un seul rail) sur lequel passe un train une fois par mois, marche encore quelques minutes et arrive à mon taf.
En arrivant je n’oublie par de » bater o ponto » avec mon index, oui ici aussi, et je monte pour aller à mon bureau. Là à 8h environ y’a pas grand monde, j’allume mon PC en profite pour aller me chercher un verre d’eau et je me met à bosser, enfin après ma revue de presse et de messages reçus sur Skype.
<image bureau>

Vers 10h il y a le « lanch », bon moi j’ai pas encore l’habitude donc j’ai rien à manger mais j’en profite pour faire une pause.
Aux alentours de 12h la faim commence à se faire sentir, on consulte les collègues, on y va ? Non ? Oui attends… Bref 12h30 on monte à la cantine au dernier étage, je pense que ça c’est spécial à ma boîte et j’ai de la chance.
Au menu comme tout les jours salade, tomates (oignons ? non je deconnes), concombres, betteraves, carottes… Ça tombe bien j’aime les légumes. Ils sont toujours accompagnés de pâtes assaisonnées, puis évidemment on continue avec le traditionnel « arroz/feijões » et le plus souvent se sera poulet en plat. Je prends un verre de jus de fruit (genre Tang), oui y’a pas de carafe d’eau et je rejoins mes collègues sur la terrasse.
Comme on a droit à une heure de pause incompressible alors des fois je vais faire quelques courses si je suis venu en voiture ou alors j’y vais en « carona » si une voiture va par là, sinon on se détends en parlant de tout et de rien mais jamais de taf, j’en profite pour enrichir mon vocabulaire…

Retour au taf, petite Daily Scrum (réunion) vers 14h et retour à mon poste pour bosser jusqu’à 16h… et oui « Hora do lanch! » Moi j’ai toujours pas l’habitude donc pas de goûter, mais je fait une pause.
Vers 17h je me prépare à partir pour prendre le bus, en fait ça dépend de mon heure d’arrivée et de la charge de travail mais je préfère partir a cette heure-là car je suis sûr d’avoir un bus et il y a moins de bouchons, en partant plus tard genre vers 18h c’est plus aléatoire…
<image arrêt bus>
Je fais le chemin en sens inverse et arrivé à l’arrêt, toujours attentif, je guette mon bus il arrive je fais signe>vale-transporte>debout>accroché>aller c’est parti !
Il arrive évidemment qu’il y ai des places assises mais bon c’est quand même rare. Après environ 1h, c’est plus long au retour même si le motoriste prend des libertés avec la signalisation, je tire sur la corde et rejoins ma voiture en espérant qu’elle soit encore là, contrairement à beaucoup d’autres on l’a assurée mais c’est quand même mieux de l’avoir au retour.

Parfois je donne une « carona » à quelqu’un (prendre quelqu’un en stop) qui prend le même chemin que moi, et très souvent je regardes le ciel qui à cet endroit au coucher du soleil est magnifique…
Suivant les besoin je m’arrêter au « mercadinho » pour prendre du pain, des œufs ou du lait et j’arrive chez moi 10 min plus tard puis je rentre la voiture, le chien me saute dessus une tape sur la tête  et j’entre dans a maison.

Et là le bonheur mes 3 petits chéris m’accueillent en me sautant au cou, j’en profite et une fois reposés je vais dire bonsoir à ma femme.
L’heure du repas arrive je m’occupe de servir le repas et profite de mes enfants, puis un peu de dessins animés sur DK ou DC, les dents et au lit, la petite musique accompagnée d’une petite chanson et tout le monde s’endort… moi y compris souvent.
Je mange, vais dans la salle de bain et allume la douche, oui je l’allume car il n’y a pas d’eau chaude et donc on utilise un ‘réchauffeur’ si je puis dire, qui est directement dans le pommeau de douche.
Puis si j’ai pas de taf à finir je me détend devant la TV avec ma femme, enfin tranquilles et seuls… Si y’a rien, je branche mon disque externe rempli de films en français sur la connexion USB de ma TV (prix standard ici) et voilà

J’espère ne pas avoir été trop detailliste, mais en même temps le but était de marquer les différences avec une journée en France…
Bientôt le récit d’un week-end classique

p.s: je rajoute de photos au fur et à mesure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *